Imprimer

Entretien avec Dee Hock : Chaos et organisation naturelle

Rédigé par Notre Invité

Avec l’aimable autorisation de la revue "What Is Enlightenment", Coaching Avenue reproduit une interview de Dee Hock, fondateur et ancien PDG de Visa qui nous parle dans cette première partie de l'interview de "Chaord", alliant ordre et chaos.



WIE : Dans votre livre Birth of the Chaordic Age (" La Naissance de l'ère chaordique "), vous décrivez comment vous avez utilisé les premier syllabes du mot "chaos" et du mot "ordre" pour décrire une forme dynamique d'organisation inspirée par les principes fondamentaux de l'évolution et de la nature. Votre travail, dont les fondements ont beaucoup à voir avec la théorie du chaos, nous demande de reconsidérer nos façons de nous organiser à la lumière de ces principes chaordiques élémentaires, et d'en finir avec le modèle mécaniste traditionnel, plutôt rigide, qui caractérise la plupart des organisations aujourd'hui.


DEE HOCK : Oui, et je veux rajouter quelque chose à cette définition ; " chaordique " décrit simplement le comportement de tout organisme ou système autogéré qui synthétise harmonieusement des aspects préalablement considérés comme opposés, tels que le chaos et l'ordre, ou la coopération et la compétition.

Mais, avant tout, il s'agit d'une façon de penser. En fait, tout ce que je peux vous dire sur l'organisation chaordique, vous le connaissez déjà . Elle existe déjà en vous, parce que vous êtes organisé de façon chaordique. La nature a été organisée de cette façon depuis le début des temps, vous aussi, votre cerveau, votre système immunitaire ainsi que tout être vivant.

En ce qui concerne l'organisation chaordique dans le domaine commercial, politique ou social, la question devient : est-il possible de l'évoquer ? de la faire surgir de son potentiel ?



WIE : Qu'est-ce qui vous a amené à vous intéresser à la transformation organisationnelle ?



DH : Il y a longtemps, j'ai commencé à me poser trois questions très simples qui ont dominé ma vie pendant plusieurs années.

Premièrement : " Pourquoi les organisations, partout, qu'elles soient commerciales, sociales ou religieuses, ont-elles de plus en plus de difficulté à mener leurs affaires ? "

Deuxièmement : " Pourquoi, partout dans le monde, des individus se sentent-ils de plus en plus en conflit avec les organisations dont ils font partie et s'en sentent étrangers ? "

Et troisièmement : " Pourquoi la société et la biosphère sont-elles de plus en plus en débâcle ? "

Lorsque j'ai posé ces questions à mon auditoire il y quelques années, elles n'avaient pas beaucoup de pertinence pour la plupart des gens. Mais à la suite des événements récents, tels que le 11 septembre et l'effondrement de Enron et de WorldCom, leur validité est bien plus évidente. Si ces constats sont vrais pour moi , leur évidence saute aux yeux, il doit y avoir un principe profond, universel, sous-jacent, que nous n'avons pas saisi.



WIE : Comment aidez-vous les gens à comprendre les principes chaordiques en rapport avec les formes courantes d'organisation qui constituent une partie importante de notre vie ?



DH : Je me sers d'une illustration. Je demande aux représentants de grandes entreprises : Prenez toutes vous idées et croyances traditionnelles sur l'organisation et appliquez-les aux neurones de votre cerveau. Organisez les neurones de votre cerveau, cet organe infiniment diversifié, le plus complexe qui soit apparu dans l'histoire de l'évolution, de la même façon que vous organiseriez une entreprise.

D'abord, il faudrait nommer un neurone PDG, n'est-ce pas ? Ensuite, vous devez décider quels neurones vont faire partie du conseil d'administration, puis lesquels vont s'occuper des Ressources humaines, et puis il faudra écrire un manuel d'utilisation. Si vous pouviez organiser votre cerveau selon ce modèle, qu'est-ce qui arriverait ?

Vous seriez instantanément incapable de respirer jusqu'à ce que quelqu'un vous indique comment, où, quand et à quelle vitesse. Vous ne seriez pas capable de penser ni de voir.

Et si votre système immunitaire était organisé selon ces mêmes idées ? D'abord il faudrait faire une étude de marché afin de déterminer quel virus vous a attaqué, s'il s'agit bien d'un virus. Ensuite, il faudrait rédiger un rapport décrivant votre plan d'action. Et il faudrait que ce rapport soit approuvé par les neurones dirigeants de votre cerveau.

Ensuite, il faudrait transmettre des mots d'ordres à toutes les parties de votre système immunitaire. Bon, vous voyez.

Comment arrivons-nous à croire que nous pouvons utiliser notre cerveau, qui est lui-même organisé selon ce magnifique ensemble de principes chaordiques, à organiser la société d'une façon qui serait supérieure ? Cela devient plutôt un exercice d'arrogance, une démonstration d'ego.


WIE : Donc, vous dites qu'il n'est pas logique que nous, qui faisons partie du grand " design " ou dessin complexe de l'évolution, pensions pouvoir organiser la société d'une façon supérieure à la façon dont la nature nous a si parfaitement organisés ?


DH : Exactement. C'est incroyablement arrogant et stupide.



Suite de l'article :
La fin du flottement

L'interview complète



Auteur de l'interview : Revue "What Is Enlightenment?"

Interview reproduite avec l’aimable autorisation de la revue "What Is Enlightenment?" et traduite par l’équipe de WIE France.