Imprimer

Le coup de tête de Zinédine Zidane : décryptage à partir du concept d’intelligence émotionnelle

Rédigé par Brigitte Roujol

L’évènement qui met actuellement en effervescence le monde du football me semble démontrer avec acuité l’importance de l’intelligence émotionnelle (IE) dans la réussite des entreprises et de leurs projets...

...Qu’il s’agisse de gagner une coupe du monde de football …ou de gagner le contrat du siècle pour une entreprise confrontée à une négociation difficile … ou encore d’innover en réussissant à faire travailler en synergie des personnalités opposées, des créatifs avec des gens du marketing.

Alors procédons à un rapide décryptage du geste de Zidane à partir du concept d’intelligence émotionnelle (IE) !


En entreprise, comme dans la vie privée, les carences en intelligence émotionnelle ont un coût.

« Quand la colère monte, pense aux conséquences », aurait dit Confucius

D’autres penseurs auraient confirmé.

« La colère est le vent qui souffle la lampe de la pensée. » (Robert Ingersoll)

« Tout ce qui commence dans la colère finit dans la honte. » (Benjamin Franklin)

« Combien plus graves sont les conséquences de la colère que ses causes. » (Marc Aurèle)

« La colère nous fait perdre nos moyens. » (William Ury, expert en négociation)


Si la colère de Zinédine était légitime, les conséquences du geste qui en a découlé sont désastreuses. Lui-même en convient :

« Je tiens à le dire haut et fort. C’est un geste à ne jamais commettre sur un terrain. C’est un geste impardonnable. Et je souhaite présenter mes excuses à tous les enfants qui ont suivi la finale, ainsi qu’à tous les éducateurs ». je suis un père de famille et je le répète c’est un geste inacceptable ».

Si Zinedine Zidane n’avait pas donné ce coup de tête, le résultat du match aurait-il été différent ?

« Zinedine Zidane ne va-t-il pas manquer au football français ? ». Réponse de l’entraîneur français Raymond Domenech à cette question posée par un journaliste : « Il nous a déjà manqué au cours des vingt dernières minutes ».


Au regard des concepts de l’IE, Zinédine a manqué d'IE et s’est laissé aveugler par sa colère.

Mais qu’appelle-t-on IE, l’intelligence émotionnelle ?

De manière simple, on pourrait dire que c’est l’aptitude à gérer ses émotions et celles d’autrui.

Des chercheurs ont proposé les définitions suivantes :

Une forme d’intelligence qui suppose la capacité à contrôler ses sentiments et émotions et ceux des autres, à faire la distinction entre eux et à utiliser cette information pour orienter ses pensées et ses gestes. (Salovey et Mayer, 1990).

L’habilité à percevoir et à exprimer les émotions, à les intégrer pour faciliter la pensée, à comprendre et à raisonner avec les émotions, ainsi qu’à réguler les émotions chez soi et chez les autres. (Mayer & Salovey, 1997).

La manière de se comprendre et de comprendre les autres, d’entretenir des relations avec les gens et de s’adapter au milieu immédiat de façon à faire face de manière plus fructueuse aux exigences du milieu. (Reven Bar-On)

L'IE a été vulgarisée par les ouvrages de David Goleman.



L 'IE s’appuie sur 5 composantes fondamentales.

La 1ère composante, c'est la conscience de soi

La conscience de soi est la composante la plus fondamentale de l'IE . C’est en effet sur elle que s’appuie toutes les autres.

Concrètement, la conscience de soi, c’est être conscient de notre humeur du moment et de nos pensées relatives à cette humeur. C’est la capacité à reconnaître ses émotions au moment où elles surgissent.

Ce qu’a peut-être fait Zinedine a posteriori seulement en comprenant ce qui l’a touché (mis en mouvement à l’intérieur de lui) : « Oui. Ce sont des mots qui me touchent au plus profond de moi-même. Ce sont des choses très personnelles, la maman, la sœur. Il les a prononcés une fois, puis une deuxième fois, puis encore une troisième fois. »

C’est toute la différence entre le fait de vous mettre dans une colère assassine et de penser « c’est de la colère que j’éprouve » pendant que vous êtes furieux.

Une conscience de soi éclairée permet d´être à l´écoute de ce qui se passe en nous, de nous examiner et de nous réajuster lorsque nécessaire. Elle nous permet de déchiffrer nos sentiments, de comprendre en quoi ils affectent nos pensées et nos actions. Elle nous permet donc de limiter l’impact négatif de nos émotions pour prendre du recul.

Le manque de conscience de soi nous prive de toute l´information nécessaire à la prise d´une bonne décision.



La 2ème composante, c’est la maîtrise de soi.

« Je suis un homme avant tout. Alors j’ai réagi », expliquera Zinedine.

Il n’a pas fait preuve à cet instant de maîtrise de soi, qui est la capacité à résister aux tempêtes intérieures déclenchées par les coups du sort.

Entre le stimuli (l’insulte) et la décision (donner un coup ou rester concentré), il y a tout un espace de liberté. La maîtrise de soi consiste à gérer nos impulsions et nos émotions au mieux de nos intérêts.

Afin de pouvoir gérer la colère, nous devons savoir ce qui la provoque et comment elle surgit, reconnaître la lumière orange avant qu´elle ne devienne rouge (lorsque nous explosons). Pour un grand nombre de personnes, la colère est l´émotion la plus difficile à gérer.

Une bonne gestion des émotions et de nos impulsions nous amène à prendre du recul, à respirer et à réfléchir avant d’agir, d´aborder les problèmes au mieux de nos intérêts.



La troisième composante : Se motiver soi-même

C’est la capacité à rester motivé et à garder son attention, capacité qui est basé sur la capacité à contrôler ses impulsions et à remettre ses plaisirs.

Zinédine aurait pu se dire :
« J’ai envie de lui mettre un coup de boule… Mais ce plaisir immédiat de lui clouer le bec n’est pas compatible avec mon envie de terminer ma carrière sur une belle victoire et sur un plaisir plus grand… »

La capacité à se motiver utilise nos envies les plus profondes comme une boussole, nous guide vers nos objectifs.

Elle nous aide à prendre des initiatives, elle nous aide à augmenter notre efficacité.

Zinédine aurait pu se poser comme question :
Est-ce dans mon intérêt personnel ?
Est-ce dans l’intérêt de mon entreprise (l’équipe des Bleus) ?
Est-ce dans l’intérêt du pays que je représente ?
Est-ce dans l’intérêt des enfants dont je suis l’idole ?


La 4è composante de l’IE, c ’est l’empathie.

L’empathie est la capacité à être à l’écoute des signaux subtils signalant les émotions et la capacité à prendre la perspective d’une autre personnelle.

C’est donc l’aptitude à envisager une situation du point de vue de l’autre, comme si nous étions dans ses chaussures. C’est décrypter les sentiments, les soucis et les besoins d’autrui. Comprendre par exemple que l´autre "file un mauvais coton".

Attention, comprendre les autres ne signifie pas forcément être d’accord avec eux !

Ainsi, Zinédine aurait pu interpréter les insultes de Marco Materazzi de différentes manières.

Première interprétation possible :
« Ce c…., il est en train de disjoncter de stress.. Il m’insulte parce qu’il ne sait plus trop quoi faire… »

Marco Materazzi a expliqué ses insultes de la manière suivante :
"Une insulte de celles qu'on s'entend dire des dizaines de fois et qui nous échappent souvent sur le terrain".

Deuxième interprétation possible
« Ce c…., il cherche à me faire sortir de mes gonds pour me saper mon énergie, pour me faire faire une faute… Non, je refuse de tomber dans son piège »…



La 5ème composante de l’intelligence émotionnelle, c’est savoir gérer les émotions d’autrui.

C’est savoir que les émotions sont contagieuses. C’est donc utiliser la contagion émotionnelle à bon escient.

J’ai eu l'impression qu’il y eut après son exclusion une sorte de flottement, comme si les joueurs français ne savaient plus trop bien où ils en étaient, sur qui ils pouvaient s’appuyer …

Franz Beckenbauer, l'ancien champion du monde allemand confirme dans une interview qu’involontairement Zinédine Zidane « a naturellement affaibli son équipe. Nous savons à quel point les Français sont sensibles quand ils ne voient plus leur capitaine. »

Dans une négociation, un match, ou un combat (guerre), la contagion émotionnelle peut également se faire en déstabilisant volontairement son adversaire… Et c’est peut-être ce qu’a réussi à faire Marco Materazzi….


Les responsabilités partagées… mais des solutions.

Certes, au regard des concepts de l’IE, Zinédine a manqué d’intelligence émotionnelle et s’est laissé aveugler par sa colère… Mais il en a autant manqué à l’équipe, les joueurs restés sur le terrain et à ses dirigeants…

Car l’intelligence émotionnelle, cela s’apprend ! Et on s’y entraîne !

Les grandes batailles économiques sont souvent gagnées sur des facteurs psychologiques…

Il appartenait autant aux dirigeants de l’Equipe de France qu’à Zinédine Zidane, capitaine d’équipe de :
- prendre en compte les facteurs psychologiques et émotionnels en jeux au cours d’un match
- anticiper les risques dans ces domaines,
- former et entraîner les joueurs à développer leur intelligence émotionnelle.

Cela passe par des formations adaptées.
Cela passe par du coaching.


Pour en savoir plus (Wikipédia):
Intelligence émotionnelle
La colère


Auteur de l'article : Brigitte Roujol
Son profil de coach

Brigitte Roujol est la fondatrice du portail Coaching Avenue