Imprimer

Savoir innover comme Walt Disney : apprendre à rêver !

Rédigé par Brigitte Roujol

Nous avons vu dans la précédente partie de ce dossier "Comment Walt Disney innovait" que pour concrétiser ses idées, Walt Disney utilisait trois aspects complémentaires de lui-même : son côté rêveur, son côté réaliste et son côté critique…

Vous vous dîtes probablement, "C'est bien gentil tout cela mais... Comment mieux rêver ? Comment mieux réaliser ? Comment mieux critiquer ? "


Pour mémoire

Le rêveur est focalisé sur le Quoi. Il est concentré sur sa vision. Il s’intéresse au long terme.

Le réaliste est focalisé sur le Comment. Il est concentré sur l’action. Il s ’intéresse au court terme.

Le critique est focalisé sur le Pourquoi. Il est concentré sur la logique. Il s’intéresse à la fois au court terme et au long terme.


Alors comment mieux rêver ?

Eh bien Walt Disney se créait une vision. Il voyait grand et global.

Il détaillait de manière très précise le contenu de sa vision.

Il imaginait par exemple tous les cinémas programmer ses films.

il voyait ses personnages envoûter petits et grands.

Il imaginait des produits dérivés



Mais comment faisait-il pour obtenir cette vision à la fois globale et précise ?

Pour y répondre, Robert Dilts a compulsé les nombreuses notes que Walt Disney avait écrites sur son dessin animé Fantasia.

Disney y écrit : « Quand j ’ai entendu la musique, ça a fait des images dans ma tête. Voici les images. » Il écrit ailleurs « on écoute la musique et on visualise les images et les histoires que la musique suggère à nos imaginations. C ’est comme voir un concert »..

Walt Disney construit donc des images à partir des sons qu’il entend.

L ’apport auditif extérieur provoque une image construite interne, une image mentale. Disney transformait alors cette image mentale en image externe, à savoir un dessin.


Pour avoir une vision précise, activez tous vos sens !

La force majeure de Walt Disney en tant que rêveur, c’est que lorsqu’il imaginait un projet, il pouvait à la fois le visualiser et le ressentir. Il faisait appel à la totalité de ses sens. Ce qui lui donnait une image à la fois globale et précise.

En d’autres termes, vous augmenterez votre capacité à visualiser votre projet en imaginant ce que vous observeriez par l’intermédiaires de vos sens, la vue, le toucher, l’ouie, le goût, une fois que l’objectif sera atteint...



Se poser des questions facilite la réflexion du rêveur.

Par exemple, « qu’est-ce que je verrais lorsque j’aurais terminé mon projet ? « donne des informations visuelles.

Quelles seraient les questions que vous pourriez vous poser pour activer les autres sens : l’ouie, le toucher, le goût, l’odorat ?

Voici certaines quelques exemple de questions qui peuvent enrichir la construction de votre vision.
Qu’est-ce que j’entendrais ?
Qu’est-ce que je ressentirais ?
Quel goût cela aura-t-il ?
Quelle odeur cela aura-t-il ?
Dans quelle ambiance je serais plongé ?



Récapitulons ce que nous venons de voir.

Pour faire comme Disney, vous devez dans la phase du rêveur :

- vivre mentalement votre projet comme s’il était atteint,

- visualiser ce projet de manière sensorielle, visuelle, auditive, tactile,

- utiliser vos sens pour obtenir de l’information complémentaire.

Pour visualiser plus facilement votre projet et structurer votre réflexion de rêveur, vous pouvez, comme nous l’avons vu, vous poser des questions.


Voici d’autres questions que se pose un rêveur :

Qu’est-ce que je veux faire?
Pourquoi je veux cela ?
Quel est le but ?
Quels sont les bénéfices ?
Comment saurais que j’ai atteint mon but ?
Quand est-ce que je peux l’atteindre ?
Où est-ce que je veux que cette idée me mène dans l’avenir ?
Par rapport à cette idée, à qui je veux ressembler et qui je veux être?

Avec ces questions, vous êtes concentré sur la vision. Ce qui vous intéresse, c’est le quoi.

Dans un prochain article, nous étudierons comment Walt Disney activait sa partie Réaliste.


Pour aller plus loin
Accès à la bibliographie et au dossier complet


Brigitte Roujol, l'auteur de cet article, développe aujourd’hui ses activités vers le coaching d’innovateurs et d’équipes innovantes, ainsi que l’innovation appliquée aux Ressources Humaines.

Elle propose des formations alliant coaching et créativité, notamment un atelier d'une journée sur la stratégie Disney et deux jours de formation sur la créativité appliquée au coaching, dans le cadre du Centre Iris, premier centre entièrement dédié à la formation à la créativité et l'innovation...

En remplissant le formulaire ci-dessous, vous recevrez par mail automatisé le dossier complet (compilation des articles sur Disney) agrémenté de photos illustratives ainsi le descriptif des formations proposées.




Auteur de l'article : Brigitte Roujol

Coach et consultante, Brigitte Roujol a trois champs d'études privilégiés, le management de la créativité et l'innovation, l'apport des NTIC dans l'accompagnement du changement et l'actualisation du potentiel humain.

Son profil de coach
Ses coordonnées
Ses autres articles

Son offre de service

Cet article est un extrait d'un des 32 modules de e-learning écrits et médiatisés par Brigitte Roujol pour la société CrossKnowledge, le leader du e-learning en management.

Brigitte Roujol est fondatrice de Coaching Avenue
www.coachingavenue.com
Portail et Annuaire du Coaching Francophone


********************************

Les consultants de Coaching Avenue accompagnent les individus et les organisations en phase de changement ou de développement.

Vous pouvez contacter directement le coach ayant attiré votre attention par ses écrits ou faire une recherche selon vos critères dans l'annuaire.
Cliquez ici pour en savoir plus

Si nécessaire, Coaching Avenue, peut intervenir comme interlocuteur unique pour coordonner une intervention plus complexe d'accompagnement du changement ou vous conseiller dans votre recherche de consultants.
Cliquez ici pour en savoir plus

*********************************