Imprimer

Le Slow Management, par Loïck Roche

Rédigé par Notre Invité

Pour construire, reconstruire, ou remettre de l’humain dans l’entreprise, point d’ancrage au bien-être au travail, il n’y a pas de secret.


Leaders, cadres, dirigeants doivent consacrer une partie de leur temps à faire ce que nous appelons du slow management.

Très concrètement, cela veut dire que chaque semaine, les responsables doivent savoir se ménager du temps, en dehors des réunions, en dehors des appels téléphoniques, en dehors de la réception et de la lecture des e-mails, pour réellement comprendre qui sont ces hommes et ces femmes qu’ils dirigent ; du temps pour les écouter, du temps pour apprendre, du temps pour enseigner.


Le slow management, cela commence par la capacité à se rendre présent et visible pour ses employés.

Les personnes ont besoin de leaders. Les personnes veulent être menées, plus encore en période de turbulence qu’en période stable.

Pourquoi ne pas prendre l’ascenseur ou l’escalier le plus éloigné de votre bureau, prendre le temps de traverser les couloirs d’une autre manière qu’à l’ordinaire et ainsi, avoir la possibilité de croiser le plus de monde possible et, simplement, de serrer la main de vos collaborateurs ?

Pourquoi ne pas passer davantage de temps autour de la machine à café, et discuter avec les employés ?


Le MBWA (Management By Walking Around),

Nous avons appris, par nos recherches, par nos interventions en entreprise, que la machine à café et, ce que les Anglo-Saxons appellent le MBWA (Management By Walking Around), prennent d’autant plus d’importance que nous nous trouvons en période de crise.

Parmi les grands adeptes du MBWA, on compte les fondateurs de Hewlett-Packard, Bill Hewlett et Dave Packard. Ceux-ci pratiquaient cette activité tous les jours.

Qui plus est, ils encourageaient leurs managers à sortir eux aussi de leurs bureaux pour créer d’autres contacts que ceux uniquement formels avec leurs équipes. Ainsi, par ce temps d’écoute et de discussion, ils pouvaient également diffuser et promouvoir les valeurs de la société.


Lorsque nous disons que les personnes, au sein d’une organisation, ont besoin de leaders, cela signifie qu’elles ont besoin d’un référent, d’un point fixe, d’un lieu sûr où ils pourront déposer toutes leurs craintes et recueillir les réponses qui sauront les apaiser.

Les apaiser ne signifie pas leur faire croire que tout va pour le mieux – il faut tenir un langage de vérité. Plus simplement, elles ont besoin de voir les leaders et de comprendre que ceux-ci travaillent pour résoudre les problèmes. Le premier rôle du leader est donc de se montrer présent, et visiblement présent !

Le message reçu est celui-ci : « Vous êtes importants pour moi, vous êtes importants pour l’entreprise. »


Le slow management, par la communication fréquente et rassurante, permet une maîtrise de la communication.

Pour éviter qu’une contre-communication ne se propage, il faut occuper le terrain.

Parce que les personnes trouvent un sens lorsqu’elles travaillent pour un devenir qui en vaut la peine, il convient, même pendant la crise, de dessiner un rêve et réussir à faire adhérer l’ensemble des parties prenantes à un devenir désirable, pas seulement comme spectateurs mais comme acteurs.

Les dirigeants exceptionnels parviennent à donner à leurs groupes le sens de l’ampleur, le sentiment que la tâche du groupe est monumentale.


C’est cela l’objet du slow management : Prendre du temps avec chacun pour, de surcroît, diriger l’ensemble.

Nous connaissons tous ces mots d’Antoine de Saint-Exupéry, « L’essentiel est invisible pour les yeux ».

Mais qui connaît la suite ? Tellement plus importante, pourtant : « C’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante. »


Le slow management, c’est ce temps que tous ceux et toutes celles qui dirigent des personnes doivent savoir perdre pour les personnes de leurs équipes, car ainsi ils leur montrent qu’elles sont les plus importantes pour eux et donc, pour l’organisation.



L'auteur de l'article : Notre invité, Loïck Roche

Loick Roche esr Directeur Adjoint du Groupe Grenoble Ecole de Management (AACSB, EQUIS, AMBA)


Pour en savoir plus :

Une mission du Sénat s'intéressant au mal être au travail a auditionné le professeur Loïck Roche

>> Accès au compte-rendu de la séance
>> Accès à la vidéo

Son ouvrage

Éloge du bien-être au travail
par Dominique Steiler, John Sadowsky et Loïck Roche, édité aux Presse Universitaires de Grenoble
Achat sur Amazon
Accès à la critique sur Coaching Avenue


Article mis en ligne le 13/10/2010

*******************************

S'ABONNER A LA NEWSLETTER GRATUITE

DIALOGUER SUR LE FORUM AVEC LES AUTEURS ET INTERNAUTES

********************************
Les consultants de Coaching Avenue accompagnent les individus et les organisations en phase de changement ou de développement.

Vous pouvez contacter directement le coach ayant attiré votre attention par ses écrits ou faire une recherche selon vos critères dans l'annuaire.
Cliquez ici pour en savoir plus

Si nécessaire, Coaching Avenue, peut intervenir comme interlocuteur unique pour coordonner une intervention plus complexe d'accompagnement du changement ou vous conseiller dans votre recherche de consultants.
Cliquez ici pour en savoir plus
*********************************