Imprimer

Loi de Parkinson et gestion du temps

Rédigé par Brigitte Roujol

la Loi de Parkinson affirme :

« Plus on accorde de ressources (temps, argent, personnes, etc…) à une activité, plus on a tendance à consommer toutes ces ressources ».

La loi de Parkinson porte le nom de son inventeur Cyril Northcote Parkinson, écrivain britannique (Barnard Castle, Durham, Angleterre, 1909 — Canterbury, Kent, 1993).



Parkinson, auteur d'une soixantaine d'essais

Officier à l'état-major général durant la Seconde Guerre mondiale, professeur à l'université de Californie et président d'honneur de l'université d'Alabama, C.N. Parkinson est l'auteur d'une soixantaine d'essais, notamment l'Évolution de la pensée politique (1957). Son analyse sarcastique de la bureaucratie, les Lois de Parkinson (1958), connut un succès mondial.



Peu de rapport entre le travail effectué et le nombre d'employés

C.N. Parkinson soutient en 1958 l'idée qu'il y a très peu de relation entre la quantité de travail effectué dans une organisation et le nombre d'employés.

Pour expliquer ce phénomène, il propose une explication sous forme de loi :

la « loi de Parkinson » :
Tout travail tend à se dilater pour remplir tout le temps disponible.



Ce qui se passe concrètement

Parkinson avait en effet observé durant la seconde guerre mondiale que l'on trouvait toujours des tâches à faire pour les hommes dans l'armée anglaise et que le fait d'avoir beaucoup de subordonnés était une source de prestige.

D’après sa loi, tout collaborateur a tendance à étaler sa masse de travail sur le temps mis à sa disposition : il peut toujours s'inventer des tâches pour remplir le temps de travail défini par des normes institutionnelles. Il se crée donc du travail !

Une fois « débordé » et même si c’est son propre comportement qui génère cette situation, ce collaborateur va alors réagir en demandant du renfort et en faisant engager plus de personnel….



Tout collaborateur souhaite en effet multiplier ses subordonnés non ses rivaux…

Et s’il a des subordonnés, la promotion de ce collaborateur 'méritoire' est presque certaine !

En définitive, 7 personnes voire plus font faire maintenant le travail d'une seule mais la routine des projets, comptes rendus, rapports, fait que tous travaillent beaucoup et que le responsable d’équipe travaille plus dur que jamais.

Au final, l’organisation à laquelle appartiennent ce collaborateur 'méritoire' et ses autres collègues aussi 'méritoires', s'étend et grossit au point d'arriver à occuper le temps et les ressources à sa disposition.

La même loi s’applique à la situation dans laquelle un manager, ayant à sa disposition une équipe de 10 personnes pour faire le travail de 5 personnes, crée ce qu'il faut de désordre dans l'organisation pour assurer que 10 personnes soient effectivement occupées à plein temps.



La loi des mille pour l'administration

Bien que cela soit vrai pour des effectifs moindres, Parkinson nomme "loi des mille" le constat suivant:

"Tout organisme, gouvernemental, industriel ou universitaire, dont l'effectif administratif atteint ou dépasse mille personnes, n'a besoin, pour se perpétuer, d'exercer nulle autre activité, d'employer nulle autre catégorie de personnel. "

L'administration se suffit à elle-même. Elle peut vivre de son propre travail : c'est l'administration pour l'administration.



Une mauvaise compréhension des managers de la Loi de Parkinson

Attention ! Une interprétation erronée de la Loi de Parkinson serait de considérer que la meilleure façon d'optimiser l'organisation du travail consiste à planifier un maximum de tâches sur le temps le plus court possible.

C’est sur la base de cette mauvaise interprétation que certains managers - en croyant bien faire - fixent des objectifs de délais agressifs à leurs équipes, pour aboutir au final à de la démotivation et les conséquences qui en découlent.



Les questions du coach


Dans le cadre d’un coaching individuel ou d’équipe, un coach fera plutôt réfléchir son (ses) clients sur leur rapport au temps.

- Le temps est-il utilisé de façon optimale ?

- Est-ce qu’il n’y a pas de la sur-qualité quelque part ?

- Qu’est-ce qui serait modifié si tous les collaborateurs devaient partir tous les jours à 16 heures ?

- Sur quoi serait faite l’impasse si la hiérarchie divisait brutalement par 2 les ressources de l’équipe ou du collaborateur (temps, budget, taille de l’équipe….) ?


Auteur de l'article : Brigitte Roujol
Son profil de coach
Son offre de service

Brigitte Roujol anime le réseau de consultants www.coachingavenue.com


Les consultants de Coaching Avenue accompagnent les individus et les organisations en phase de changement ou de développement.

Vous cherchez un coach ?

Vous voulez un interlocuteur unique pour coordonner une intervention plus complexe d'accompagnement du changement ?