Imprimer

Le paradoxe d'Abilene

Rédigé par Brigitte Roujol

Les membres d’un groupe ont inconsciemment tendance à se rallier à la pensée dominante pour éviter de se distinguer.

Ce conformisme de groupe peut alors aboutir à prendre des décisions aberrantes... Par exemple prendre collectivement une décision avec laquelle personne n’est d’accord !



Le paradoxe du sociologue Jerry Harvey

Le Paradoxe d’Abilene, présenté dans son ouvrage The Abilene Paradox and Other Meditations on Management (San Francisco: Jossey-Bass, 1988) est une description très parlante de l’incapacité d’un groupe à gérer collectivement son accord.

Dans l’histoire que propose Jerry B. Harvey, aucune des personnes du groupe ne souhaitait atteindre une certaine destination (Abilene) mais par crainte de s’offenser et de se contredire mutuellement, elles y finissent toutes !



4 adultes à Abilene

Quatre adultes, un couple marié et les parents de la femme, sont assis sous un porche dans une chaleur abrutissante dans la petite ville de Coleman, au Texas, à environ 53 milles d'Abilene.

Ils sirotent tristement de la citronnade, observant le ventilateur souffreteux et entamant de temps à autre une partie de domino.

À un moment, le père de l’épouse suggère qu'ils se rendent à Abilene pour se restaurer dans une cafétéria.

Le gendre pense que c'est une idée folle mais n’ose pas contrarier sa femme qui voit si peu ses parents...

Les deux femmes ne semblent pas opposées à cette idée et voilà tout ce petit monde entassé dans une Buick sans air conditionné, qui soulève sur le chemin des nuages de poussière…

A Abilene, ils mangent un déjeuner médiocre dans un endroit glauque et reviennent à Coleman épuisés, suants, et peu satisfaits du périple.

C’est une fois de retour à la maison qu’ils se rendent comptent qu'aucun d'eux n'avait vraiment voulu aller Abilene. Le beau-père l’avait proposé, et les autres l’avaient accepté juste parce que chacun avait pensé intérieurement, sans le vérifier, que les autres étaient désireux d'y aller.

Et naturellement, chacun des personnages analyse ce manque de communication comme le problème d’un des 3 autres !



Le décryptage du coach

Il s’agit d’un exemple des conséquences de la pensée collective (groupethink, pensée de groupe) et du conformisme de groupe.

Lors d’une décision de groupe, chacun des membres du groupe sait très précisément ce qu’il voudrait. Mais faute de communication, le groupe finit par produire exactement l'opposé de ce que chacun voulait réaliser…

Le résultat est alors colère, irritation, confrontation.

Vous avez probablement en mémoire, de nombreux exemples personnels d’un désastre que personne ne voulait.

Par exemple,
- le choix « commun » d’un film pour une séance de cinéma en groupe,
- le faux « consensus » sur la destination d’un de vos voyages en famille,
- ou encore votre dernière réunion au travail….



Les questions du coach

- Quelle est la dernière fois que vous n’avez pas osé exprimer votre avis en groupe ?

- Quelle était votre crainte ?

- Citez un exemple personnel où le fait d’exprimer votre avis dans un groupe aurait pu changer l’issue négative d’une décision.

- Quels étaient les risques que vous encourriez à vous exprimer dans cette occasion ?

- Qu’avez-vous gagné à ne pas vous exprimer ce jour-là ?




En savoir plus :
The Abilene Paradox and Other Meditations on Management
de Jerry Harvey (Jossey-Bass, 1988)


Auteur de l'article : Brigitte Roujol
Son profil de coach
Son offre de service


Brigitte Roujol est l'animatrice du réseau de consultants www.coachingavenue.com

Mise en ligne : Février 2003




Les consultants de Coaching Avenue accompagnent les individus et les organisations en phase de changement ou de développement.

Vous cherchez un coach ?

Vous voulez un interlocuteur unique pour coordonner une intervention plus complexe d'accompagnement du changement ?